Comment transformer ses erreurs en idées géniales pour se planter en beauté

Juin 2018
Lecture


«Parfaites imperfections, comment transformer ses erreurs en idées géniales pour se planter en beauté ». L’objectif est posé, et Erik Kessels* nous inspire à travers cet ouvrage, merveilleuse ode à l’imperfection, à l’erreur, à l’accident et au ratage.

Dès la prise en main du livre, le décor est planté. Les 1ère et 4ème de couverture sont inversées, laissant penser que, par erreur, le début commence à la fin, et la fin se termine au début. Parfaite adéquation fond-forme.

Cet essai est divisé en 5 chapitres et beaucoup de sous-parties, formulées comme des conseils à suivre pour accéder à l’échec. Il offre une réflexion sur les erreurs vectrices de créativité et de réussite, à travers des exemples empruntés à la photographie, aux arts plastiques, au design et à l’architecture.

interieur_01 parfaites imperfections

Photo mal cadrée, floue, surexposée, balcon sans porte, bille carrée, banc à l’envers ou encore gros doigt sur l’objectif, les exemples sélectionnés par l’auteur offrent un panel de ratés humains et robotiques, qui nous plongent dans l’absurde. De fascinantes imperfections d’une beauté insolite, qui en font de véritables sources d’inspirations.

interieur_01 parfaites imperfections

En prenant à contre-pied l’idée dominante qu’il n’est de réussite sans imperfection, Erik Kessels, questionne le lecteur sur sa relation à l’échec. Accepter de faire des erreurs, oser le hasard, c’est se libérer des craintes pour mieux progresser.

“Le succès c’est la capacité d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme”

interieur_01 parfaites imperfections

Ce livre est capital pour nous permeable. Les enseignements que nous en tirons :

  • L’erreur fait partie du travail, elle est inhérente à l’humain, elle se produira toujours.
  • L’erreur est mutation donc possibilité d’évolution et d’innovation.
  • Il faut écouter l’erreur : lui donner la bonne place (innovation ou défaut) et agir en conséquence.

Rappelons-nous simplement que pour apprendre à marcher, un enfant tombe environ 2000 fois… L’enfant ne se décourage pas, on l’encourage, il apprend, et finalement il marche !

Les méthodes d’UX design intégrant des tests dans des processus itératifs courts (lean) ont parfaitement compris ce point et intègrent la question de l’erreur, de l’ajustement au cœur même du processus…

Ce genre de process peut selon nous être généralisé à l’ensemble de la création : identité visuelle, outils de communication, UX et UI design… try, test and learn 🙂

Expérimentons et faisons des erreurs !

* Erik Kessels est fondateur de l’agence KesselsKramer, curateur, artiste et collectionneur

Par Juliette et Sylvain, aussi publié sur Linkedin

Partager